Ajouter ce site à vos favoris !
 
Votre actualité
La SCP reçoit les 34èmes journées scientifiques du GFHN


image non disponible

Les 25 et 26 novembre, la SCP a accueilli 70 participants pour échanger sur les thèmes de la teneur en eau et des transferts en milieux poreux.


Les 34èmes journées scientifiques du Groupement Francophone d’Humidimétrie et de traNsferts en milieux poreux (GFHN) se sont déroulées au siège la SCP au Tholonet.

Inaugurées par François Brelle, directeur technique de la SCP, Jean Yves BOTTERO, directeur du CEREGE, et Patrice Mériaux, directeur du CEMAGREF, représentants les trois organismes co-organisateurs, ces journées ont permis aux 70 participants et aux 3 exposants de matériels de mesures d’échanger, via des communications scientifiques et des visites techniques, sur les thèmes de la teneur en eau et des transferts en milieux poreux : mesures et traitement statistiques.

Le GFHN est né du regroupement des utilisateurs de la sonde à neutrons, instrument de mesure de la teneur en eau des sols. L’équipe d’agronomie de la SCP a longtemps utilisé cette sonde dans le cadre du pilotage de l’irrigation dans un objectif d’économie de l’eau. La réglementation très contraignante pour la manipulation de la source radioactive et l’apparition de nouveaux appareils de mesures utilisant d’autres sources comme l’électricité ou l’électromagnétisme ont fait que la sonde à neutrons n’est plus utilisée à la SCP et a été remplacée par une sonde capacitive mobile, le DIVINER 2000.
Le sol étant l’un des matériaux poreux les plus complexes et les plus hétérogènes, le GFHN poursuit son travail d’échange et de mutualisation entre chercheurs et praticiens (géotechniciens, agronomes, pédologues, hydrogéologues, hydrologues et environnementalistes) sur la compréhension :
- des modalités des transferts de l’eau dans le sol mais aussi pour d’autres matériaux,
- des mesures et l’interprétation de ces mesures.
A cet effet au sein du Service Aménagement et Environnement de la SCP, l’équipe d’agronomie en collaboration avec l’équipe de pédologie met en place un observatoire des réserves en eau des sols avec trente sites de mesures répartis dans toute la région.