Ajouter ce site à vos favoris !
 
Votre actualité
La SCP teste son dispositif de traitement des pollutions accidentelles


image non disponible

Comme chaque année à cette période, un essai de notre dispositif de traitement des pollutions accidentelles a été réalisé dans le but d’enrichir la maîtrise de la mise en place du dispositif en trouvant de nouvelles améliorations.


Ce mardi 20 avril, la SCP a réalisé, en situation, un essai de ses bâches d’isolement et du matériel de traitement des pollutions (appareil de traitement au Charbon Actif en Poudre nommé SKID).

L’exercice consiste à isoler une portion de cuvette (tronçon de canal à ciel ouvert) en plaçant de part et d’autre d’une pollution virtuelle, deux bâches épousant parfaitement le profil de la cuvette.
La surface de l’eau se trouvant entre les deux bâches est ensuite aspergée de charbon actif en poudre (CAP) dilué. Le charbon adsorbe la pollution en quelques heures et neutralise ainsi le polluant (pesticides, hydrocarbures, solvants chlorés, etc).

Le premier réflexe à avoir lorsqu’une pollution est constatée, est de prévenir le Centre de Télécontrôle qui pilote le mouvement des eaux depuis le Tholonet, afin que l’écoulement soit stoppé et le plan d’eau stabilisé. Dans le même temps, le Service Exploitation intervient pour isoler la partie polluée, puis il traite le plan d’eau isolé.
 

Spécificité 2010 :
Quatre pompiers (chefs de centre de Rians, Vinon/Verdon, Ginasservis et St Maximin) et deux personnes de la Sécurité Civile de Brignoles sont venus assister à notre essai. Il semblait effectivement intéressant que ceux qui seront sans doute les premiers informés lors d’une pollution accidentelle aient la connaissance de nos pratiques dans l’éventualité où ils seraient amenés à nous prêter main forte. D’autre part, cet échange a été l’occasion de commentaires sur nos moyens et de suggestions de collaboration. Notamment, la Cellule Chimique de la Sécurité Civile dispose d’un spectromètre de masse mobile qui pourrait permettre d’analyser très rapidement la nature de la pollution afin de s’assurer qu’elle correspond à un élément traité par notre CAP.