Ajouter ce site à vos favoris !
 
Votre actualité
La SCP à l’international


image non disponible

Le projet de l’alimentation en eau de la ville de Nouakchott (Mauritanie) se concrétise.


Avec le raccordement de l’adduction, ce mardi 12 octobre 2010, l’eau a jailli à Nouakchott symbolisant ainsi la concrétisation d’un projet de grande ampleur, dans lequel la SCP s’est investie depuis 1999, avec pour objectifs de :
- résoudre le problème de la pénurie chronique,
- satisfaire les besoins à long terme (2030),
- préserver la nappe du Trarza, 
- sécuriser l’alimentation de la capitale.


Retour sur l’historique de ce projet :

Nouakchott, qui a fêté son cinquantenaire en 2008, n’abritait que quelques milliers d’habitants lorsqu’elle devint la capitale d’un nouvel état, la Mauritanie. Elle en comptait 560 000 au recensement de l’an 2000. Avec moins de 40 litres d’eau potable par jour et par habitant tirés de la nappe du Trarza, son unique ressource, elle subit depuis toujours une pénurie chronique.

Dans ce contexte, le gouvernement, avec l’aide des bailleurs de fonds koweïtiens et saoudiens, a décidé la réalisation d'une nouvelle adduction d'eau depuis le fleuve Sénégal avec l’objectif de satisfaire les besoins d'une population en forte croissance, pour assurer durablement l'alimentation en eau potable de la capitale, pendant les trente premières années du siècle. Cette nouvelle infrastructure améliorera en outre la sécurité de l’alimentation en eau de Nouakchott par sa capacité à combler une éventuelle défaillance du système de production existant. Elle permettra surtout de préserver la ressource actuelle, rare, fragile et de haute qualité.

En 1999, dans le cadre d’un appel d’offres international, le groupement TAEP-SCP-AFRECOM piloté par SCP, a gagné le contrat pour la maîtrise d'œuvre de conception du projet, pour le compte de la SONELEC, devenue depuis la Société Nationale de l’Eau (SNDE). Il aura fallu six ans pour en définir les objectifs, arrêter les choix techniques, en définir le programme détaillé, aboutir aux dossiers d’appels d’offres de travaux, et établir le plan de financement. Il s’agit donc de prélever l’eau brute au droit de la prise de l’Aftout Esshali construite lors des grands travaux d’endiguement du fleuve, de la conduire sur 6 km au travers du bas delta du fleuve, jusqu’à une station de clarification, de transporter l’eau traitée sur près de 170 km jusqu’aux ouvrages de stockage et de potabilisation construits au sud de l’agglomération de Nouakchott, puis de transférer l’eau potable jusqu’en tête du réseau de distribution de la capitale, soit au total un parcours voisin de 200 km, à raison d’un débit disponible de 2 m3/s dès la mise en service, et d’un potentiel de 3 m3/s pour la conduite d’adduction.

En 2006 le projet est enfin entré dans sa phase de réalisation. La SCP, associée cette fois avec l’ONEP (Maroc) pour répondre à un nouvel appel d’offres international, a gagné le contrat pour l’assistance technique à la maîtrise d’ouvrage (SNDE/UGPA).

Au terme de quatre années de travaux, représentant un investissement global de 335 millions d’euros, le projet est aujourd’hui opérationnel après la mise en service qui vient d’être réalisée.

L’assistance se poursuivra au titre du contrat en cours, pendant encore une année environ, avec une présence permanente de la SCP jusqu’à l’été 2011, couvrant ainsi la plus grande partie de la période d’« essai et de marche industrielle ».