Ajouter ce site à vos favoris !
 
Votre actualité
International


image non disponible

La SCP missionnée par l’OMVS pour produire un SAGE par sous bassin


La SCP poursuit son intervention pour le compte de l’Office de Mise en Valeur du Fleuve Sénégal (OMVS) par des missions exploratoires en vue de décliner, sous la forme d’un Schéma d’Aménagement et Gestion des Eaux (SAGE) par sous bassin, le SDAGE réalisé entre 2009 et 2011 par le groupement « SCP – Centre de Suivi Ecologique (CSE) - Compagnie d’Aménagement des Coteaux de Gascogne (CACG) ».

3 sous bassins avaient été identifiés en raison de leur problématique spécifique et de la nécessité d’une gestion locale et concertée de l’eau :
• le sous bassin du delta du Sénégal, concerné par les enjeux de qualité des eaux, qui a fait l’objet d’une première mission en mars 2013,
• le sous bassin des têtes de sources du fleuve Sénégal, avec sa problématique de dégradation des sources, pour lequel une mission débutée début mars vient de se terminer.
• le sous bassin situé autour du barrage de MANANTALI au Mali qui fera l’objet d’une mission effectuée par notre seul partenaire sénégalais (le Centre de Suivi Ecologique), en raison des troubles actuels et du risque terroriste dans ce pays.

La Guinée, et plus particulièrement les plateaux du Fouta Djallon, constitue le château d’eau de l’Afrique de l’Ouest, où les fleuves Gambie, Sénégal et Niger y prennent naissance. Pour ces deux derniers, la SCP a contribué, de nombreuses fois, par des études hydrauliques, économiques ou environnementales à une meilleure gestion et utilisation de la ressource en eau.

Sur les 17 sources recensées, seules les 3 principales ont été retenues pour la mission. Situées dans la commune rurale de Tolo, ces sources s’inscrivent dans un paysage de savane arborée, de nombreux petits villages et d’une agriculture nomade sur brulis, sur des versants pentus. Les déboisements et les feux de brousse, préalables à une mise en culture, détruisent l’humus et appauvrissent les sols diminuant ainsi l’infiltration souterraine qui alimente normalement les sources et favorisant un phénomène de ruissellement superficiel.

Agir sur la dégradation des sources permet d’améliorer les conditions de vie, en pérennisant la ressource en eau, et l’environnement de tout le bassin versant de ce grand fleuve. L’exemple des bas-fonds (terrains plats à sols fertiles) aménagés pour l’agriculture (réserve collinaire, canaux d’irrigation gravitaire…) participent à la réduction de l’impact du déboisement, des feux pour les cultures et du pâturage pratiqués sur les versants des têtes des sources. Le développement de la petite hydraulique rurale dans ces bas-fonds y est prometteur.