Ajouter ce site à vos favoris !
 
Votre actualité
Liaison hydraulique Vidauban/Sainte-Maxime


image non disponible

La SCP réalise le suivi de l'érosion sur le bassin versant et de la sédimentation dans le ruisseau du Pey (Sainte-Maxime)


L’étude d’impact pour la liaison hydraulique vers Sainte-Maxime a relevé un fort aléa d’érosion (granite altéré) dans le vallon du Pey et de dépôt sédimentaire (sables granitiques) dans son ruisseau, que le chantier de pose de la canalisation va longer sur 3 km.

La SCP s'est engagée à suivre l’érosion naturelle et éventuellement induite par le chantier et la sédimentation résultante dans le ruisseau du Pey qui abrite la cistude (tortue d’eau douce protégée). Cela consiste à équiper les sites, sous les conseils d’un hydrogéomorphologue de BURGEAP, avec :

  • 3 pluviomètres (amont, milieu et aval du vallon),
  • un réseau de piquets, implantés sur 4 plages de dépôts de sédiments en fond de ruisseau, permettant de mesurer les épaisseurs accumulées,
  • 8 clous dans les interfluves, étalonnés pour estimer s’il peut y avoir une relation entre l’ablation et des expositions variées (adret, ubac, sur couvert végétal, sur sol nu, zones à ravinement intense),
  • deux parcelles collectrices pour appréhender l’évolution du ruissellement et de l’érosion à l’échelle locale. L’eau et les sédiments collectés seront mesurés au Laboratoires d'Analyse des Eaux de la SCP. 
  • des relevés réalisés après chaque précipitation supérieure à 25 mm.

Dans toute la traversée des Maures, le chantier bénéficiera de mesures destinées à limiter l’érosion. La SCP s'assurera de l’efficacité des dispositifs qui seront mis en place pour supprimer ou réduire les écoulements d’eau chargés en sédiments dans le Pey.