Ajouter ce site à vos favoris !
 
Les aménagements hydrauliques dans le Var

Dans le Var, Le Canal de Provence alimente principalement des communes et une agriculture de pointe.

La réduction estivale des ressources locales coïncide avec l’augmentation des besoins d’une population qui va jusqu’à tripler en été. Cette problématique a conduit le département à adhérer, dès l’origine, au projet du Canal de Provence.

 

 

Le Nord Ouest du départementLe Nord Ouest du département
A proximité de la prise du Canal à Boutre, ce secteur fut naturellement équipé des premiers réseaux d’irrigation.
 
L’eau a d’abord permis l’intensification des cultures existantes (blé dur, semence de luzerne, fourrages pour ovins), puis le développement de grandes cultures irriguées (maïs, soja).
 
Le centre VarLe centre Var
Initialement fortement viticole, ce secteur a évolué vers les cultures maraîchères (asperges, melons) et céréalières (tournesol, colza, sorgho).
 
L’aire toulonnaiseL’aire toulonnaise
L’alimentation en eau de cette zone par le Canal de Provence est un exemple du transfert des eaux à travers un relief difficile, vers une région dont le fort potentiel de développement était freiné par une pénurie endémique. Le problème de l’alimentation en eau de la région toulonnaise trouva une solution définitive lorsque les deux branches Toulon Est et Toulon Ouest furent construites.

L’aménagement hydraulique réalisé concerne un périmètre compris entre La Ciotat, Signes et Saint-Tropez. Au cours de ses premières années, la SCP s’est consacrée, dans le Var, à la réalisation d’opérations particulièrement urgentes dans les zones critiques.
L’Est varoisL’Est varois
Pour des raisons techniques, les branches du Var du Canal de Provence ne pouvaient couvrir la totalité du département, alors que le problème de l’approvisionnement en eau de la zone littorale s’aggravait.

Ainsi furent mises en place des réserves locales :
 
  • La réserve de Saint-Cassien :

Dans la retenue constituée par le barrage EDF, une réserve de 15 millions de m3 est affectée au réseau de la SCP pour alimenter l’agriculture, les communes et les industries du secteur de Fréjus / Saint-Raphaël.
 

  • La réserve de Trapan :

Située dans le massif des Maures, cette retenue permet de stocker un million de m3. Construite par la SCP en 1967 dans le cadre du plan d’urgence varois, elle servait à alimenter les communes de Bormes-les-Mimosas et du Lavandou.
Aujourd’hui, connectée à l’adduction de Toulon Est du Canal de Provence, elle est une réserve de sécurité et de régulation.

En savoir plus : La réserve de Trapan