Ajouter ce site à vos favoris !
 
Les ressources accumulées dans les réserves
Les ressources accumulées dans les réservesLes ressources accumulées dans les réserves

L’inadéquation entre les précipitations qui tombent principalement en automne et les besoins majoritaires en été a conduit à la constitution de réserves. De plus ou moins grandes capacités, elles stockent l’eau en période d’écoulements excédentaires pour pouvoir en disposer en période de sécheresse, qui correspond au moment où les besoins sont les plus forts.

Les grandes réserves constituées à partir de la Durance (Serre-Ponçon) et des eaux du Verdon (Castillon, Chaudanne, Ste Croix, Bimont, etc..) représentent un volume stocké de près de 2 milliards de mètres cubes, à l’échelle de l’ensemble de besoins de toute la région.

Un certain nombre de réserves ont été constituées et sont réparties sur le territoire, à l’échelle plus locale : barrages de St Cassien, de Carcès, de la Verne, etc.. Certaines sont gérées de façon coordonnée avec les grandes réserves du système Durance-Verdon.

La réserve de Trapan, construite en 1967 par la SCP dans le cadre du plan d’urgence varois en est un exemple. D’une capacité de 2 millions de m3, elle est aujourd’hui reliée au canal de Provence (branche de Toulon Est) pour assurer son remplissage en cas de déficit pluviométrique.

De même, le barrage de la Verne, créé en 1991 à La Môle (Var) par le Syndicat Intercommunal de la Corniche des Maures, alimente en eau 9 communes du golfe de Saint-Tropez à partir, en autres, des précipitations stockées l’hiver.

Depuis 2003, en complément des apports naturels, le remplissage de la retenue est assuré grâce à l’appoint des eaux du Verdon acheminées par le canal de Provence.
En savoir plus